25 et 26 juin 2022

« Me voici ! »

 : dans maintenant moins d’une semaine notre frère Sébastien va répondre ainsi à l’appel du Seigneur ! Merci Sébastien pour cette réponse !
Le Seigneur construit Son Eglise, qui est le Corps du Christ, par les dons infiniment variés de Sa grâce, en voulant que chacun de ses membres ait une fonction particulière (prière d’ordination), alors heureux sommes-nous tous qui avons également part, quelle que soit notre place, à cette ‘ Construction ‘ !
Et que cet engagement au diaconat de Sébastien nous aide à toujours nous rappeler qu’avant de s’offrir au Père, le Fils voulut laver les pieds de ses disciples pour nous donner un exemple d’amour : « Accueille l’offrande que nous déposons sur cet autel, et pour que nous puissions nous offrir nous-mêmes dans le sacrifice du Christ, accorde-nous le même esprit d’humilité et de service. Par Jésus le Christ notre Seigneur » (prière sur les offrandes, messe d’ordination).
Puissions-nous être fidèles, pour que cette phrase de l’Evangile que Sébastien lira au cours de la messe d’ordination soit nôtre au soir de nos vies : « Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi ! Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. »

Don Martin Bonnassieux, curé

18 et 19 juin 2022

Solennité du Saint-Sacrement du Corps et
du Sang du Christ.

Dans notre monde en nécessité de Rédemption où de multiples conflits sont présents (entre l’âme et les passions, entre soi-même et l’autre), chacune de nos vies est comme en équilibre entre sa nature pècheresse et la grâce, la perfection : « l’homme veut être parfait et se voit plein d’imperfections » (Pascal)
Heureusement c’est Dieu qui a engagé le combat pour nous, combat dont nous sommes vainqueurs dans la mesure où nous sommes en communion avec le Christ ! En cette Solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ prenons toujours plus conscience que « Chaque messe est une explosion de l’Amour, pour éviter que le monde ne sombre » (cardinal Journet).

Don Martin Bonnassieux, curé

11 et 12 Juin 2022

Fête de la Sainte Trinité- Année C.

Tout au long de l’année des paroissiens se sont plaints de difficultés à savoir les lieux et horaires des messes dominicales en raison de leur rotation ; depuis un certain temps nous réfléchissons ainsi au sein de l’EAP (Equipe d’Animation Pastorale) sur la possibilité d’une plus grande stabilité de ces messes ; pour mémoire le dernier synode de l’Eglise d’Anjou a réfléchi sur cette question, et sa charte synodale propose que l’Eucharistie dominicale
« soit célébrée à heure fixe et dans un lieu fixe », proposition encouragée par notre évêque Mgr Delmas dans sa dernière lettre pastorale ‘ Nous avons part avec Lui ‘.
La première proposition que nous avons faite de fixer les horaires dans les trois lieux principaux de célébration a généré une certaine tension et incompréhension ; nous les avons entendues, et ainsi à partir du mois d’octobre seule la messe dominicale en l’Eglise de Brissac sera ainsi fixée ; en espérant que cette décision conviendra et sera reçue dans la Paix, je vous assure que nous faisons tout notre possible pour que l’Eucharistie, « Source et sommet de la vie chrétienne » (Concile Vatican II, Lumen Gentium # 11), vienne rejoindre chacun de vous « au plus près » ; tout au long de l’année j’ai ainsi et pour cela célébré des messes en semaine dans toutes les églises de la paroisse, parfois en étant le témoin admiratif d’un vrai désir et amour de l’Eucharistie, parfois en constatant une certaine indifférence locale...
A l’approche de la Solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ dimanche prochain, que ces inquiétudes récentes puissent par contraste renforcer notre amour et notre fidélité à l’Eucharistie qui permet de faire de nous-mêmes « une éternelle offrande à la gloire de Dieu » (ce dimanche de la Sainte Trinité, prière sur les offrandes) et de trouver « le salut de l’âme et du corps » (id, prière après la communion).

Don Martin Bonnassieux, curé.

05 juin 2022

Fête de la PENTECÔTE- Année C.

La joie d’un nouveau départ !
Quelle joie de penser que, dans quelques semaines, j’accompagnerai les jeunes de l’Anjou à Lourdes, lieu de tant de grâces, pour le pèlerinage des jeunes du diocèse !
Après les souffrances de la crise sanitaire, ce sera l’occasion de confier au Seigneur tous ceux qui ont été particulièrement éprouvés. Ce sera aussi un moment privilégié pour rendre grâce à Dieu de l’Espérance qu’il met dans nos cœurs.
Puissent les jeunes de notre paroisse (15 - 18 ans) ne pas manquer ce rendez-vous de foi, de joie et de fraternité !
Puissent leurs parents, grands-parents voire arrière-grands-parents leur relayer cette invitation !
Merci à tous et bien fraternellement, que l’Esprit Saint "se pose sur chacun de nous" (Ac 2)

Don Martin Bonnassieux, curé

22 mai 2022

En ce sixième dimanche du temps pascal Notre Seigneur Jésus nous dit « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole ; mon père l’aimera, nous viendrons chez lui » (Jn 14)
Et pourtant, dans quelques jours, en la Solennité de l’Ascension nous revivrons sacramentellement le jour où ce même Jésus « fut emporté au ciel » (Lc 24).
Devons-nous être alors tristes ? Non, car dans la mesure où nous sommes fidèles à Sa Parole l’Esprit Saint qui est ‘ trinitairement ’ inséparable du Père et du Fils viendra d’une manière nouvelle habiter en nous ! Pour que nous soyons « remplis de Joie » (Lc 24) !
Les disciples après tous ces évènements étaient « sans cesse dans le Temple à bénir Dieu » (Lc 24) : en la veille de ce Jour de l’Ascension se tiendra en l’église de Brissac un temps d’adoration ! Venons L’adorer ! ‘ Accrochons-nous ‘ à Lui, qu’Il nous emmène Là où Il va ! Qu’au milieu des tribulations de ce siècle et de nos vies Il nous fasse goûter au Ciel ! Le Ciel sera si beau...

Bonne fête de l’Ascension à vous tous !

Don Martin Bonnassieux, curé

24 avril 2022

DIMANCHE DE LA DIVINE MISERICORDE
Dans l’Ancien Testament, les prophètes relient la miséricorde, dont ils parlent souvent à cause des péchés du peuple, à l’image de l’amour ardent que Dieu lui porte ; ainsi dans leur prédication, « la miséricorde signifie une puissance particulière de l’amour, qui est plus fort que le péché et l’infidélité du peuple élu » (Saint Jean-Paul II, encyclique Dives in misericordia, §4).
Cette miséricorde s’accomplit parfaitement dans le mystère de la Croix et la Résurrection du Christ qui révèle et accomplit parfaitement cette miséricorde en révélant « la profondeur de l’amour qui ne recule pas devant l’extraordinaire sacrifice du Fils pour satisfaire la fidélité du Créateur et Père à l’égard des hommes créés à son image » (Id. §7).
« Le Christ de Pâques est ainsi l’incarnation définitive de la miséricorde, son signe vivant » (Id. §8).
Vivant pour nous ! Alors avec un cœur ardent, encore et toujours, convertissons-nous donc et revenons à Dieu, ainsi « viendra, de la part du Seigneur, le temps du repos : il enverra Jésus » (première lecture, jeudi dans l’octave de Pâques). Il enverra Jésus, non plus sur une Croix mais dans nos cœurs ! Certes nous pleurerons encore, mais de larmes de JOIE !
Bon Temps Pascal à vous tous !
Don Martin Bonnassieux, curé

17 avril 2022

" Le Christ, pendant les jours de sa vie mortelle, a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort. " (He, deuxième lecture célébration de la Passion). Nous aussi souvent nous pleurons, prions, supplions ; la paroisse s’associe particulièrement à la douleur de la famille de Loïs Teillet, petit garçon dont le baptême était prévu en mai à St Jean des Mauvrets et qui est décédé accidentellement.
Comme cette famille si durement éprouvéenous prions et faisons parfois l’expérience du silence de Dieu ; mais " parce qu’il s’est soumis en tout, il a été exaucé " (Id.), et au matin de Pâques les femmes entendent cette annonce inouïe " Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est Ressucité " (Evangile du Saint Jour de Pâques).
Et comment le rejoindre Lui " qui a pénétré au-delà des cieux ", comment rejoindre nos si chers défunts que nous espérons au Ciel ? Par le même Jésus, car " en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence ", et par l’Eglise son corps mystique.
" Avançons-nous donc avec pleine assurance vers le Dieu tout-puissant qui fait grâce " et vers le Christ, " cause du salut éternel ".
Bon Temps Pascal à vous tous.
Don Martin Bonnassieux, curé

10 avril 2022

"La nouvelle traduction liturgique du missel devient obligatoire à partir de ce dimanche des Rameaux.
Dans la paroisse pour mieux la comprendre et l’intérioriser nous l’avons adoptée progressivement ; dorénavant dans le gloria comme dans l’« agneau de Dieu », nous ne dirons plus « toi qui enlèves le péché du monde » mais « toi qui enlèves les péchés du monde » ; en ce temps de la Passion, voilà un beau et profond sujet de méditation : le Christ n’a pas enlevé le péché du monde d’une manière ‘générale’, mais il a vraiment porté chacun de nos péchés dans Sa Passion et Sa Mort pour que vous vivions dans Sa Résurrection.
Voilà pourquoi depuis plus de deux mille ans « Nous annonçons ta mort, Seigneur Jésus, nous proclamons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire » (nouvelle traduction de la première anamnèse) : dans cette attente que ces JOURS SAINTS qui s’approchent soient encore et toujours plus l’occasion pour chacun de nous de puiser « les eaux aux sources du salut » (Is 12,3).
Don Martin Bonnassieux, curé"

12 mars 2022

« Montre-moi ton visage, ...ton visage si gracieux » (Ct 2,14) ! Parce que la religion biblique est la religion du dévoilement du visage, notre culture a toujours magnifié le visage comme lieu par excellence de révélation de la personne ; ainsi dans les mariages traditionnels lorsque le marié relève délicatement le voile de la mariée après l’échange des consentements : il a désormais le droit de voir son visage, il a accès à sa personne.
« Le visage, affirme Emmanuel Lévinas, est ce qui nous interdit de tuer. » Si jadis on bandait les yeux des condamnés à mort, c’était peut-être moins pour prévenir leur affolement que pour ne pas mettre mal à l’aise ceux qui les fusillaient ; le visage ne me dit pas seulement « tu ne tueras pas », mais aussi « tu aimeras ton prochain comme toi-même ».
A partir de dimanche prochain le masque ne sera plus obligatoire dans les célébrations liturgiques ! Puissions- nous en profiter pour redécouvrir nos beautés et dignités inaliénables, à travers le visage de mon voisin, je peux percevoir la dignité de son corps et de son âme tout ensemble appelés à la transfiguration, à devenir glorieux ! Célébrer la messe devant une assemblée ‘masquée’ peut la rendre ‘impersonnelle’ (de plus en étant nouveau...) maintenant c’est une Joie pour moi et mes confrères prêtres de pouvoir découvrir, redécouvrir la beauté de vos visages !

Don Martin, curé

6mars 2022

La fusion ‘juridique’ de nos trois anciennes paroisses a eu lieu au début de l’année 2022, et en ce début de Carême voilà notre première feuille paroissiale ‘commune’ aux trois pôles ; dans son message pour ce Carême, le pape François indique qu’il est « un temps propice de renouveau personnel et communautaire », que nous allons donc vivre pour la première fois ensemble.
Pour parfaire notre vie communautaire un nouveau site internet est imminent, et l’EAP réfléchit à une plus grande stabilité pour les horaires des messes dominicales qui actuellement changent tous les mois ; tout changement étant lié à des renoncements, demandons la grâce de nous comprendre tous - quels que soient nos attachements légitimes à tel ou tel ‘clocher’ – comme membre d’un même corps, celui du Christ, et alors notre pâque (‘passage’) paroissiale en communion à Sa Pâque nous conduira à la Joie de la Résurrection ! Bon Carême à vous tous.

Don Martin Bonnassieux, curé